Après 24 jours de travaux pas toujours acharnés, il temps de clore ce calendrier de l’avent. Et comme avec les vrais, le dernier chocolat est toujours le plus gros.

Évidemment, je pouvais pas ne pas évoquer le potentiel meilleur match de l’Histoire. Bon, faut savoir que des connaissances limitées en puro ou sur le pourquoi de ce match n’empêche de l’apprécier. Donc Kobashi a enfin sa chance au titre de Misawa, celui qu’il n’a jamais pu battre dans un title match. Misawa quant à lui était déjà pu très jeune (40 piges à l’époque), Kobashi était pu non plus dans la fleur de l’âge (36), mais avait l’occasion de faire basculer la NOAH dans une nouvelle ère.

Si certaines feds indy ont su se faire un nom et une place au soleil, pour d’autres, c’est plutot galère. Cependant, la HCW, qui a de vraies allures de fed de jardiniers, a su attirer des stars. Enfin, deux qui étaient de passage chez eux pour le week-end. Ça compte quand même hein, on va pas chipoter.

Les Briscoe BROTHA s’affrontent donc dans un match “amical”. C’est pas un grand combat hein, y a pas de fond, pas d’enjeux, c’est pas technique, pas violent (fin ça sdiscute…), pas marrant, juste super court, et encore plus intense.

Dans le monde  peu connu de l’indy, les partenariats inter fed sont légions. Et quand on trouve pas de partenaire qui puisse rivaliser dans le même domaine, on va chercher à l’opposé.

Il est commun d’opposer la RoH et la CZW (bon après chacun se fait son avis là dessus) et c’est en 2006, que les deux fédérations se sont mises sur la gueule dans ce qui reste comme un classique de l’Indy. Bon c’est un gros brawl CZDUB dans un PPV, mais ça reste une référence.

Enfin un match où j’ai rien besoin de faire. Merci la RoH. La petite vidéo de présentation explique très bien le contexte (heureusement oui). Ce qu’on peut ajouter, c’est que McGuinness est de retour au pays avec le record de longévité en tant que Pure champion, que lui et Danielson avaient déjà eu un match qui s’était soldé par un double count-out et puis c’est tout.

Partie 1 - Partie 2

Retour à la lucha aujourd’hui, mais c’est bien pour vous faire plaisir, parce que quitte à voir des mecs voler dans tous les sens, j’aime autant aller regarder le cirque de Pékin. Trolls à part, la CMLL a su s’imposer dans le temps, puisqu’elle fêtait en 2008 son 75ème anniversaire.

Et un anniversaire comme ça, ça se fête, alors quoi de mieux qu’un duelo de mascaras entre deux légendes qui ont des carrières trentenaires ? D’habitude, dans un mask vs mask, y a toujours un favori (ça semble(ait) impossible que Mistico perde le sien), mais là, Blue Panther et Vilano V sont au même niveau, ce qui rend stressant chaque prise. Le contexte ajouté à l’enjeu en font un excellent match de Lucha.

ère On réduit souvent une ère aux superstars qui l’ont portée. Et je crois que ça a jamais été plus vrai que pendant l’attidue era. Vous aurez donc devinez que le match du jour oppose Steve Austin et The Rock. Alors, je vais faire une petite piqure de rappel, mais je sais pas si c’est nécessaire, vu que ça doit être un des matchs les plus vus de l’histoire du catch.

Donc, en 2001, Stone Cold remportait le Royal Rumble, et The Rock, le titre WWF à No Way Out. Après des échanges de politesses hebdomadaires, Vince McMahon, nous donne encore une fois la preuve qu’il est un esprit simpliste, puisqu’il nomme la femme d’Austin manager du Rock. SCSA est évidemment ravi puisque ça lui donne un nouveau prétexte pour frapper son boss et son adversaire. Un hype relativement classique donc, puisque basé essentiellement sur des échanges de finishs d’un show à l’autre. Ah, et le match est annoncé no DQ on n’sait pourquoi. Just sayin…

Place aux dames aujourd’hui. Bon, je dois bien avouer que c’est pas forcément évident de trouver un bon match de divas à la WWE, mais y a quand même une affiche gage de qualité.Alors quand y a des enjeux extrasportifs, c’est encore mieux. Peut être le meilleur match de l’histoire récente des divas. En tous cas l’un des plus intense.

Lita, championne féminine depuis un peu plus de trois mois, affronte sa rivale de toujours, Trish Stratus à Unforgiven. La Canadienne pensant n’avoir plus rien à prouver décide de prendre sa retraite. Mais avant ça, elle veut one more match. Pour le titre évidemment. Mais pas que. Il s’agit aussi de mettre un point final à une rivalité vieille de deux ans.

Y a des matchs qui vous marquent on n’sait trop pourquoi, et y en a d’autres pour lesquels la raison est carrément évidente. Aujourd’hui on est plutôt dans la deuxième catégorie. Un match qui m’a vraiment marqué, à tel point que je l’avais déjà sorti l’année dernière.

Bon, faut dire qu’au vu des forces en présence, c’est pas non plus anormal que ce soit un bon match. Chris Benoit, champion intercontinental depuis un bail, Chris Jericho, son adversaire depuis un peu plus d’un an, et des échelles, un élément bonus toujours sympathique. Bien sur, il n’y a pas de grand match sans grande rivalité, et celui-ci ne déroge pas à la règle. Même si je peux pas vous replacer dans le contexte exact, par ce que un an c’est  long, (et aussi j’ai pu trop le temps là), sachez que la feud telle quelle, a été lancée peu de temps avant le Rumble, après des histoires conjugales mouvementées. Et même si leurs matchs précédents avaient été bons, celui ci est vraiment plus aboutit.

J’avais pas encore fait de Puro à proprement parler, ce sera donc chose faite. Avant de commencer, je voudrais quand même conseiller à ceux qui l’ont jamais fait de regarder du puro, ça sera surement pas du temps perdu.

Bon, jusqu’en 2000, le puro  c’était surtout NJPW et et AJPW. Oui mais voila, le nouveau millénaire correspond à l’arrivée de la Pro Wrestling NOAH, qui écrase tout. Pour rivaliser, l’union fait la force donc les deux anciennes s’allient. On ne peut évidemment pas évoquer un partenariat sans suprématie. Et le mieux pour savoir qui est le meilleur, c’est encore de se faire rencontrer les meilleurs. Toshiaki Kawada représente la All Jap, affronte Kensuke Sasaki de la New Jap, dans un dream match pour le Tokyo Dome.

Partie 1 - Partie 2 - Partie 3

Bon on a bien rigolé hier, mais aujourd’hui, le sérieux est de mise. Contrairement à d’habitude, l’image n’est pas du tout prise au hasard cette fois, parce que le match du jour, c’est HHH/Michaels.

A un certain Raw, Hunter accueil une personne absente depuis trois à cause d’une blessure au dos, son pote de toujours, HBK. Fin un accueil à la Triple H, aka un pedigree. En fait ils ont jamais été copains, ils servaient juste l’un de l’autre pour arriver/rester au sommet. Pendant que HHH nous apprend ça sur le ring, on retrouve Michaels inconscient et en sang dans le parking. Mais qui a fait le coup ? Oh surprise, c’est Hunter. (I’m semble que ça c’était passé comme ça, mais chui pas sûr…). Alors évidemment Shawn il est pas content, il veut sa revanche. Il a donc son match au Summerslam, mais la WWE ne voulant pas prendre de risques (niveau juridique je pense…) décide d’en faire un Unsactionned Street fight.

Dans ce monde de brut qu’est le catch, il est parfois bon de pouvoir rire. Le Comedy Wrestling, spécialité de la Chikara, est souvent moqué car considéré comme ridicule. C’est sûr qu’en voyant des trucs comme ça y a de quoi passer son chemin.

Le match d’aujourd’hui est plutot drôle (fin moi ça m’a fait rire, mais ça reste personnel). Steenerico avait récupéré le RoH World Tag Team Championship en final d’un tournoi après qu’ils aient été laissé vacant par les Briscoe. Ils sont chamions depuis un mois et demi, et affrontent Osirian Portal, la tag montante de l’indy  lors de Ring of Homicide II, on n’sait trop pourquoi…

PS : J’en profite pour demander si certains d’entre vous n’aurait pas le Osirian Portal vs The Colony de Chikara : Revelation X.

Partie 1 - Partie 2

Le vieil adage dit qu’à vaincre sans péril, on triomphe sans gloire. Et j’avoue quand choisissant Eddie Guerrero contre Edge, j’ai pas pris trop de risques. Enfin breeeef, j’espère que ce qui peut être considérer comme l’un des meilleurs matchs de l’histoire de Smackdown trouvera grâce à vos yeux.

Après s’être affrontés de multiples fois à SD dans des tag team matchs, se concluant pour la majeure partie d’entre par un spear sur Eddie, les deux vont se clasher à Summerslam 2002. Edge en ressort vainqueur, mais Latino Heat n’a pas dit son dernier mot, et prend sa revanche sur le Canadien lors d’Unforgiven. Un partout, balle au centre. L’arbitre donne le coup d’envoi de ce no DQ match comptant pour la dernière journée de ligue 1.